Compet’ Lab

Les premiers pas en compétition

Se rendre à son premier tournoi n’est jamais facile. On débarque dans l’inconnu. C’est la première fois qu’on joue au tennis contre un inconnu. On est seul face à lui pendant un bout de temps. Tant qu’à faire, autant que cela se passe bien ! En restant courtois et calme tout au long du match, on a plus de chance de sortir vainqueur du match.

Venons-en à la première étape : l’inscription au tournoi. Le lieu du tournoi est important lorsque c’est le premier. Si on peut choisir un club près de la maison ou qu’on connait déjà, parce qu’on est allé encourager un copain, cela semble mieux. Ainsi on s’évite un stress superflus. On n’a pas besoin de cela ! Déjà qu’en général on est stressé avant un match, alors si en plus on se perd pour y aller et qu’on se met en retard, on n’arrange pas notre cas ! En parcourant la liste des tournois ici https://tenup.fft.fr/recherche/tournois, on peut facilement choisir un tournoi qui se déroule dans un club près de chez soi.

On se présente un quart d’heure avant l’heure de sa convocation. On se présente et, comme évidemment on a préparé notre sac la veille, on peut lui donner facilement notre licence, notre certificat médical et notre carte d’identité. Ces papiers sont dans la poche à côté d’une serviette, d’une bouteille d’eau, de pansements (en cas d’ampoules), d’un encas et d’une casquette. Ainsi, on est paré contre toute éventualité. Étant arrivé en avance, on peut jeter un coup d’œil dans le club, entendre des conversations. C’est toujours intéressant d’entendre des joueurs parler de leur match. « À 30-30 j’étais paralysé ! » Ah oui cela peut nous arriver. Mais cela arrive aux autres aussi ! « Ton revers chopé qui s’écrase sur la terre était impossible à relever ». Il faut que je fasse attention lorsque mon adversaire fera un revers coupé : la balle risque de ne pas rebondir beaucoup. Mais on peut s’en servir comme une arme redoutable aussi ! Autant de petites phrases qui peuvent nous mener sur différentes pistes de réflexions.

Il est déjà temps d’aller sur le terrain. Notre cœur s’accélère. C’est normal et le mieux c’est de ne pas le combattre mais de faire avec. Il peut même avoir du bon. Il peut nous mettre en alerte. On prend notre raquette et on ouvre la boite de balles. Quelle surprise ! Il n’y a que trois balles et non quatre comme d’habitude. Les tournois se jouent avec trois balles par match. On commence l’échauffement. Ici, on se doit de ne pas être passif. On va travailler sur soi-même pour commencer. On va respirer à fond, se décontracter. On va s’appliquer, sans frapper fort à renvoyer la balle de manière précise. On va bien faire attention à nous échauffer en coup droit et en revers. Durant ces cinq minutes, on va aussi analyser le jeu de notre adversaire. Est-il gaucher ou droitier ? Gaucher. Du coup son revers est où ? Cela change les repères. Il peut se passer tout un match sans qu’un joueur s’aperçoive que son adversaire soit gaucher. Il est persuadé d’attaquer sur le revers (le point faible en général) mais la balle revient encore plus vite à cause du coup droit du gaucher. C’est tout de même dommage ! C’est marrant il se décale tout le temps. Il ne fait jamais un revers. Et quand il en fait, ils sont toujours coupés. Quand vient l’échauffement au service, on regarde aussi comment il sert. Si son service est très fort, si c’est très bien placé ou s’il y a beaucoup d’effets. Ainsi avec ce travail, on pourra plus facilement anticiper ses coups pendant le match. Et à 30-30 à 4-4, on est bien content de savoir qu’il est gaucher, qu’il n’aime pas les revers et que ceux-ci sont tout le temps coupés. Car oui, à ce score on est stressé et notre adversaire aussi. Alors s’il n’est pas à l’aise en revers et qu’il est stressé, il va plus facilement partir à la faute.

Dans ces moments stressants, car importants, c’est réconfortant de se tourner vers quelqu’un qui est venu avec nous. Si on a cette chance, il faut en profiter ! Bien sûr on ne peut pas parler et la personne sera à l’extérieur du terrain mais après un point important, la regarder nous encouragera et nous réconfortera !

On vient de gagner le premier set à l’arrachée. Super ! C’est la première fois qu’on gagne un set dans un match officiel ! Mais il en reste encore un à gagner. Le début du second set est déterminant. On a tous tendance à se déconcentrer. Il faut redoubler de vigilance et rester dans son match. Il ne faut pas penser que le match est gagné. Mais bon c’est notre premier match, alors forcément on pense à l’après match et son se retrouve mené 3-0. On va s’asseoir sur notre chaise. On tourne quand la somme des jeux donne un nombre impair. On se sent tout petit sur cet énorme court. Comme à chaque changement de côté, on va boire quelques gorgées d’eau. Pour éviter de manquer de force, on va manger quelque chose comme une barre de céréales, des fruits secs ou bien une banane. En plus, l’autre a eu de la chance avec ses deux balles qui touchent le filet ! Mais comme on adore le tennis, on repart sur le terrain, plus déterminé que jamais. On ne s’est pas découragé et c’est bien. On fait deux supers points. On marque un jeu, puis un deuxième. Mais voilà que notre adversaire joue bien, qu’il a un peu de chance et on se retrouve à  4-2. Au milieu de ce jeu, il voit sa balle sur la ligne alors qu’on l’a annoncée faute. Est-ce qu’il ne serait pas entrain de tricher? Un début de colère commence à nous envahir. Mais on ne va surtout pas y succomber ! Il est juste de bonne foi, comme cela pourrait nous arriver à nous aussi. Un jour, on a tous été persuadé que notre balle était sur la ligne alors qu’elle sortait de quelques centimètres. Mais c’est à cet instant qu’on va gagner le match. On ne va pas s’énerver et remettre le point. Notre adversaire était peut être de bonne foi ou peut-être qu’il cherchait à nous déstabiliser. Dans les deux cas, on reste gagnant à remettre le point sans discuter. En faisant cela, on n’a pas perdu notre concentration et on gagne ce point ! On revient à 4-3 puis 4-4. En face le joueur commence à se décourager et à jeter sa raquette. Il sent que la fin est proche. Il devient mauvais joueur. Il balance les balles aux quatre coins du terrain pour nous faire marcher inutilement. Mais on reste calme, on ne dit rien. On reste juste concentré sur la balle jaune. Cette fois-ci, il essaye de tricher. C’est flagrant ! Qu’est-ce qu’on fait ? On l’insulte de tricheur ? Non, il gagnerait sinon. On quitte le terrain ? Non, il gagnerait sinon. On reste concentré. Et voilà 5-4 pour nous ! Plus qu’un jeu et on remporte notre premier match. Le stress nous envahit à nouveau. On fait avec et on se force à ne pas reculer. Il y a maintenant deux possibilités.

Dans le premier cas : le stress est trop fort, on n’arrive pas à le gérer et on perd le match. On sera à jamais frustré par cette fin tragique. On voudra certainement arrêter le tennis après cela. Au contraire, dans les jours suivants, on aura envie de s’inscrire à nouveau dans un tournoi. C’est très bien ! Car sur le prochain match, on connaîtra cette sensation de stress et on saura le gérer. Et on gagnera notre match.
Le deuxième cas : on arrive à gérer le stress et on gagne 6-4 6-4 ! Super ! On peut être content et fier ! Alors, même si notre adversaire a eu une attitude horrible, on va lui serrer la main. Et puis après avoir donné le score au juge arbitre, qui nous donnera la date du prochain match (souvent le lendemain), on offrira quelque chose à boire à notre adversaire. On pourra ainsi parler du match qu’on vient de faire, ou bien des autres expériences de match qu’il a, ou bien de son club. On pourra échanger.

Dans les deux cas, on a été courageux de s’inscrire à notre premier tournoi. On sera récompensé, puisque que, quoiqu’il arrive, on aura un classement à la fin de la saison ! Voilà de quoi nous encourager à faire plus de tournois et à nous appliquer encore plus à l’entrainement !

Louis Schweblin

Formulaire et plan accès
Partager cette page
Abonnez-vous à la Newsletter
Rechercher un document

Vous êtes abonné.e !

N’oubliez pas de confirmer votre abonnement en cliquant sur le lien figurant dans le mail que vous avez reçu.

Pensez à vérifier dans votre boîte SPAM si vous ne voyez pas le mail de confirmation.